8 décembre 2014

PORTRAIT – V. Hardouin (Temporis Bourges) : « Toutes les différences sont représentées dans le réseau »

Choisir parmi le Top 5 des franchises

Etre à son compte, c’était une lignée naturelle pour Valérie Hardouin.

Cette franchisée Temporis, installée à Bourges (Cher) depuis 2008, était entraînée vers la voie entrepreneuriale par les réussites de son père et de son frère, commerçants dans le métier du meuble. De plus, tout comme son mari, commercial d’un grand groupe, elle aspirait également à ne plus compter ses heures de travail mais en le réalisant cette fois à son seul profit.

Mais c’est le système d’affaires de la franchise qui l’a engagée à franchir le cap : « Je ne possédais pas l’expertise suffisante sur un produit ou un service pour me lancer dans la création d’entreprise sans l’appui d’un réseau. Avec mon mari, nous avons donc parcouru Franchise Expo[1] à plusieurs reprises, sans rencontrer de concept donnant confiance et correspondant à nos aspirations. C’est seulement en consultant le top 5 du classement de l’Indicateur de la Franchise[2] que nous avons découvert Temporis. Le fonctionnement en agence de ce réseau nous permettait d’exploiter pleinement l’expérience de nos parcours professionnels ».

Optimiser ses acquis professionnels

En effet, conceptrice de voyages pour un Tour Operator et ancienne responsable de département pour un opérateur bancaire mondial, Valérie Hardouin pouvait légitimement revendiquer, après quinze ans de carrière, deux aptitudes majeures de tout entrepreneur : management et gestion.

« Mon employeur américain m’a fait prendre conscience, à travers la mentalité anglo-saxonne, qu’on pouvait progresser dans sa vie professionnelle sans nécessairement décrocher un diplôme ou passer par une nouvelle formation. Au départ assistante de direction, j’ai fini, suite à des opportunités saisies, avec la responsabilité de 3 services et 40 personnes. Après la négociation de mon départ pour créer une agence Temporis, j’ai donc pris en charge la gestion au sein de l’agence, et notamment la relation avec le personnel et les intérimaires. Quant à mon mari, associé dans l’entreprise, il prospectait les petites et moyennes entreprises clientes », se rappelle Valérie Hardouin.

Tous les éléments réunis pour concourir à la réussite

L’affinité avec les valeurs des deux fondateurs de Temporis, Laurence Pottier-Caudron et Pierre Moritel, tout comme l’encadrement par la structure opérationnelle du réseau, ont facilité l’appropriation du concept à cette quarantenaire.

« Après le stage en immersion dans l’agence-pilote, nous avons eu la crainte de ne pas connaître tous les métiers auxquels nous serions confrontés, de ne pas savoir intégrer les spécificités de notre activité, ou encore, de ne pas assimiler la partie juridique pour être irréprochables dans les contrats de travail des intérimaires…. Mais nous avons rapidement pu vérifier que Laurence et Pierre avaient tout mis en place pour nous puissions trouver rapidement l’information nécessaire à notre métier via Temporis. Tout de suite et avec des solutions pertinentes. Notamment grâce à la formation, au suivi de notre installation, à la hot line du réseau, et plus généralement, aux équipes mises à disposition par le franchiseur.

Dès le premier entretien, ils nous ont clairement expliqué comment ils comptaient nous emmener vers la réussite, en détaillant chaque étape. De plus, toutes les différences pour pratiquer cette activité sont représentées dans le réseau : petites ou grandes villes, franchisés issus de l’activité ou non… C’est un avantage phénoménal de pouvoir aussi s’adresser, et maintenant répondre, à des entrepreneurs qui vivent exactement le même quotidien que vous, avec un regard différent », explique Valérie Hardouin.

Accompagner les clients durant la crise

Le lancement de l’agence à Bourges, en décembre 2008, s’est effectué alors qu’une crise mondiale venait de naître. « Nos avocat et notaire, rencontrés pour monter notre affaire, étaient localement bien implantés. Ils ont favorisé le bouche à oreille pour notre agence, à travers leurs propres clients entrepreneurs. L’Opération Temporis Première, réalisée fin février 2009, a également fait parler de notre arrivée dans la région, et de manière ciblée : quand une quinzaine de personnes en uniforme rouge venus de tout le réseau débarquent pour une journée de prospection et démarchent 150 entreprises avec des résultats, cela ne laisse jamais indifférent !

Nous avons également régulièrement visités les grands comptes durant cette période délicate pour l’emploi, sans signer de contrat, en leur donnant de petits cadeaux… Nombre d’entre eux ont été séduits par notre comportement de patrons indépendants. Ils nous ont ainsi préféré, dès la reprise de l’activité, aux réseaux succursalistes du secteur », affirme Valérie Hardouin.

Développement d’affaires : nouvelle phase dans son métier

Une antenne complémentaire de l’agence de Bourges vient d’être ouverte à une demi-heure de route, dans le centre-ville de Vierzon. « Plusieurs intérêts économiques ont motivé cette décision : la proximité de l’autoroute, le passage programmé d’ici quelques années du TGV Paris-Toulouse, l’inscription facilitée aux intérimaires de cette ville, ainsi que l’accès aux activités dont Vierzon est le berceau, telle la mécanique de production.

D’autre part, je maîtrise aujourd’hui parfaitement tous les postes de l’agence. Et ne désire pas m’en lasser ! Cette évolution vers le management d’affaires m’a obligée à organiser la vie dans mon agence sans ma présence. La délégation de certaines tâches me permet de me consacrer à d’autres projets, comme la mise en place d’une stratégie pour investir un secteur peu exploré comme le tertiaire. Et de réfléchir à la création d’une agence Temporis Consulting », insiste Valérie Hardouin.

Une qualité de vie conforme à ses attentes

Jusqu’à cette évolution, elle n’était parvenue à s’extraire du terrain qu’à travers la participation aux CDTC[3] du réseau (Communication, Tertiaire / fonction publique) et dans un club d’entrepreneurs, le Centre des Jeunes Dirigeants de Bourges. « Ces moments d’échanges sont de véritables bulles d’oxygène par rapport au quotidien en entreprise. Ils apportent un nouvel élan et de l’énergie à votre propre structure entrepreneuriale, ce qui se ressent aussi sur votre équipe. C’est lorsque l’on est détachée du terrain que l’on trouve les meilleures idées pour son affaire », souligne Valérie Hardouin.

Aujourd’hui, à 41 ans, grâce au principe de la franchise, Valérie Hardouin a quitté les bouchons et le stress de la région parisienne pour trouver un environnement et une qualité de vie conforme à ses attentes, dans la région d’origine de son mari.


[1] Le grand rendez-vous annuel de la franchise à Paris, avec 450 enseignes exposantes

[2] L’Indicateur de la Franchise est le seul organisme indépendant à interroger tous les franchisés des réseaux sur la qualité de leur enseigne

[3] Commissions de travail



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*