16 juillet 2013

PORTRAIT – A. Chaussende (Temporis Carcassonne) : « J’ai constaté combien le concept avait été imaginé pour être facilement applicable »

En charge de recrutement et de formation au sein de la structure opérationnelle de Temporis, Aurélie Chaussende est devenue franchisée de l’enseigne. Elle peut d’autant mieux apporter des solutions à ses clients qu’elle connaît parfaitement le fonctionnement du réseau de l’intérieur.

Le concept Temporis d’abord observé de l’intérieur

Issue d’une famille d’entrepreneurs, Aurélie Chaussende a toujours pressenti qu’elle poursuivrait cette lignée. Et même, qu’elle deviendrait franchisée Temporis !

En octobre 2008, en quête d’un emploi dans les ressources humaines avec une grande polyvalence, elle passe un entretien d’embauche pour intégrer la structure opérationnelle de Temporis. Laurence Pottier-Caudron lui pose l’une de ses questions fétiches : « Si j’étais une fée, et que je vous offrais le poste de vos rêves dans la ville de vos rêves, lequel serait-il ? ». « Chef d’entreprise », répond la jeune diplômée en droit du travail, d’abord passée brièvement par France Télécom mais qui travaille parallèlement à ses études depuis l’âge de seize ans.

« En étant engagée dans l’enseigne, j’ai pu observer de l’intérieur le concept Temporis, basé sur l’humain, ainsi que tout ce qui était construit par le franchiseur pour ses franchisés pour les accompagner au quotidien et faire constamment évoluer le réseau. J’ai rapidement eu envie de devenir franchisée au sein de l’enseigne, en très grande connaissance de cause ! J’en ai informé Laurence Pottier-Caudron au cours de conversations informelles, qui s’est montrée favorable à cette initiative, même si, au final, elle a été un peu surprise que je souhaite concrétiser aussi vite cette intention. Etre indépendante, ce n’était pas forcément le désir de diriger ou d’encadrer, mais avant tout de pratiquer une activité qui me correspond et me plaît chaque jour. Dans l’affaire familiale[1], malgré le stress et l’angoisse propres à l’entrepreneuriat, chacun avait toujours le sourire. Quand on fait au quotidien ce que l’on a envie de faire, la pression et les armes pour se battre sont différentes, et l’on dort mieux qu’en étant salariée… même si quelques nuits blanches sont toujours inévitables !», explique Aurélie Chaussende.

Vision réaliste du quotidien d’un franchisé

Pendant trois ans et demi, elle s’implique auprès des franchisés à travers la structure opérationnelle de Temporis, notamment en s’occupant du recrutement, ainsi qu’en organisant et dispensant des formations.

« Je me déplaçais même dans les agences pour assister au dernier entretien de recrutement de l’assistant commercial et de l’assistant de gestion. J’avais ainsi une vision réaliste du quotidien d’un franchisé et une approche virtuelle de ce que pourrait être ma propre activité sous enseigne Temporis. J’ai constaté combien le concept avait été imaginé pour être facilement applicable, même si toutes les idées du franchiseur ne sont pas simples à mettre en œuvre, en fonction des particularités locales, tout en respectant ses principes », souligne Aurélie Chaussende.

Les surprises de la partie administrative

Entre la demande de réservation de la zone d’exploitation et l’ouverture effective à Carcassonne le 16 avril 2012, elle a pris le temps d’organiser sa création d’entreprise durant onze mois, tout en formant sa remplaçante à Valoris Développement.

« Je ne me suis pas précipitée, afin de bien prendre la mesure de l’implication exigée par l’entrepreneuriat. De plus, à Carcassonne, le commerce fonctionne beaucoup par le bouche à oreille. L’opération Temporis Première m’a notamment permis de tisser localement un bon réseau, grâce à notre positionnement réellement compris comme différent par la centaine d’entreprises rencontrées. Elle a même généré huit commandes fermes d’emblée.

Comme pour bon nombre d’entrepreneurs, c’est la partie administrative qui réserve toujours des surprises, parfois jusqu’à la dernière minute avant le lever de rideau, pour obtenir l’ouverture du compteur d’électricité et de la ligne téléphonique ! Heureusement, toute l’organisation du franchiseur est prévue pour favoriser le lancement de l’agence, à tous les niveaux : informatique, marketing, communication… Mieux, je peux même apporter des solutions rapidement à mes clients, connaissant parfaitement le fonctionnement intérieur du réseau et avec quelle pertinence la structure opérationnelle de Temporis peut répondre aux problématiques du terrain. A l’ouverture, le stress est à son maximum, en particulier parce que l’on dépense beaucoup d’argent en attendant de percevoir effectivement les premières recettes et de commencer à stabiliser sa trésorerie. Si bien que quelques mois après cette euphorie du démarrage, on ressent toujours un contrecoup de fatigue, un besoin de repos de plusieurs jours que j’ai mis à profit pour prendre du recul sur mon nouveau métier », note Aurélie Chaussende.

Après cinq mois d’activité, le business plan est respecté. A 29 ans, Aurélie Chaussende s’épanouit dans l’entrepreneuriat comme elle en a toujours rêvée. Si les fées n’existent sans doute pas, leurs vœux, à force de conviction et de courage, peuvent parfois se réaliser.


[1] Dans le domaine des pièces détachées dans l’automobile



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*