16 janvier 2015

NEWS – Fanny et Fabrice Rossi (Temporis Reims) : « L’esprit d’échange et de coopération au cœur du fonctionnement du réseau »

Issus du secteur médical avec des professions commerciales, Fanny et Fabrice Rossi viennent d’ouvrir en couple, à respectivement 35 et 38 ans, leur agence Temporis à Reims. Ils souhaitent traduire leur complémentarité de compétences et de caractères dans leur projet entrepreneurial.

Un licenciement transformé en opportunité

Il y a 15 ans, Fabrice Rossi est entré dans l’industrie pharmaceutique comme commercial.

« J’ai évolué jusqu’à la direction commerciale France de mon entreprise, qui fabriquait et commercialisait du matériel pour les hôpitaux et les cliniques. Avec mon épouse, nous avions une vie privilégiée, avec des enfants en bas âge, un confort de travail agréable et une bonne rémunération.

Suite au rachat de mon entreprise par son concurrent direct, l’équipe dirigeante a été absorbée. J’ai été licencié économique, en raison des doublons de postes, après avoir assuré la passation des dossiers durant un an. Cela nous a donné les moyens financiers et le temps de pouvoir préparer notre création d’entreprise. J’ai repéré Temporis sur l’Observatoire de la franchise, sur un secteur d’activité où le besoin demeure important. Ce concept nous permettait, avec mon épouse, de conjuguer nos compétences et de faire vivre notre famille », indique Fabrice Rossi, franchisé Temporis à Reims.

Prendre le temps de dessiner le projet

Fille de commerçant et descendante d’une lignée de marbriers, Fanny Rossi avait toujours eu l’ambition de devenir indépendante à son tour.

« J’ai arrêté une formation d’infirmière pour m’orienter vers des études commerciales et intégrer l’EFAP, l’école des métiers de la communication. Je suis devenue chef de projet durant trois ans, en réalisant du conseil en communication pour les entreprises. J’ai finalement rejoint le secteur de mon mari, le médical, pour vendre du matériel.

Si nous avons toujours eu envie de créer une entreprise, nous voulions prendre le temps de dessiner un projet correspondant à nos compétences. Lors de ma dernière expérience salariée, chez l’un des principaux prestataires de santé à domicile français, j’ai pourtant (eu) l’opportunité d’ouvrir une agence affiliée au sein d’un réseau comptant une centaine d’unités. Cela aurait pu s’avérer un bel aboutissement pour ma carrière. Pourtant, très naturellement, j’ai décidé de rejoindre Fabrice dans son aventure entrepreneuriale. J’aurai été extrêmement frustrée de le voir créer ce projet seul ! », souligne Fanny Rossi, franchisée Temporis à Reims.

Visions différentes et complémentaires

Après son licenciement, Fabrice Rossi réalise une formation diplômante, DUCREA, durant 4 mois afin de se préparer à son futur métier d’entrepreneur.

« Fabrice avait déjà réalisé beaucoup de recrutements à travers ses fonctions managériales et avait participé à la gestion de son entreprise, notamment sur la partie financière. J’avais pour ma part un tempérament de commerciale, avec une vraie connaissance des patrons de PME de notre territoire puisque j’ai été responsable de la région Champagne-Ardenne durant plusieurs années. Et je maîtrise bien les nouvelles techniques de la communication.

Nous sommes aussi complémentaires dans nos caractères : lui posé et réfléchi, et moi plus fonceuse, fonctionnant au feeling. Cela crée un équilibre, comme nous l’avons vérifié en étant salariés. Nos domaines étant proches, nous échangions souvent sur nos métiers. Nous nous consultions mutuellement, nous nous sommes alors apportés des éléments qui nous ont permis de faire les bons choix professionnels, grâce à des visions différentes et complémentaires », reprend Fanny Rossi.

Le savoir-être Temporis

La rencontre avec les fondateurs de Temporis a été décisive.

« Nous avions eu des contacts avancés avec des franchises de services à la personne, mais jamais de bonnes sensations avec l’équipe dirigeante. Derrière tout projet entrepreneurial, comme une enseigne, il y a d’abord des hommes, et des valeurs, qui n’en restent trop souvent qu’au stade de la bonne volonté sans concrétisation réelle.

La visite du siège de Temporis en dit long sur ce franchiseur. J’ai été frappé par l’ambiance chaleureuse et les bonnes conditions de travail de la plate-forme de soutien aux franchisés, mais aussi par l’affichage des portraits de tous les salariés de l’enseigne avec un objet matérialisant leur passion. Cette mise en avant des équipes montre que le salarié a aussi une vie en dehors de sa sphère professionnelle, et qu’il peut nous apporter autre chose que ses propres compétences. Avec Laurence et Pierre, les fondateurs de Temporis, on a bien senti que le savoir-être, la motivation, l’envie étaient fondamentaux, et qu’ils recherchent des franchisés qui représentent cet état d’esprit.

C’est dans un tel cadre que la formule de la franchise, qui allie la force d’un groupe avec la réactivité d’indépendants, prend toute son ampleur. En pouvant partager nos doutes et nos expériences avec des pairs, on rompt l’isolement propre à tout entrepreneur. En intégrant Temporis, on a eu le sentiment de rejoindre une famille », insiste Fabrice Rossi.

Confirmation auprès des franchisés

« Nous avons aussi rencontré des franchisés du réseau, notamment nos voisins à Epinal, Troyes, Chaumont et Compiègne, pour valider notre impression vécue au siège. Ils nous ont confirmé combien le franchiseur était un vrai professionnel de son métier, que l’esprit d’échange et de coopération était au cœur du fonctionnement du réseau et que le concept était intéressant d’un point de vue financier avec un retour sur investissement relativement rapide pour une mise de départ raisonnable.

Ces propos ont été rassurants car il n’est jamais évident d’abandonner une carrière salariée pour se mettre à son propre compte », ajoute Fabrice Rossi.

Local a priori surdimensionné

Fin 2014, le couple a ouvert son agence à Reims.

« Plusieurs locaux étaient disponibles, mais celui qui nous intéressait était situé en angle de rue, avec une belle visibilité… et une superficie de 300 m2 ! Le propriétaire, père d’une amie d’enfance, ne voulait pas se lancer dans des travaux de division. Nous lui avons donc proposé de prendre les travaux à notre charge en échange d’une baisse du loyer, et de pouvoir louer l’autre moitié du local à un tiers.

Grâce à notre esprit d’ouverture et à celui du bailleur, nous avons réussi à concrétiser notre projet et dans les temps voulus », concluent Fanny et Fabrice Rossi.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*