5 janvier 2014

HUMEUR – Pourquoi des critères de recrutement dans un réseau de franchise comme Temporis ?

Dépasser le stress du démarrage

Une création d’entreprise en franchise, c’est d’abord un engagement réciproque entre le franchiseur et le franchisé pour offrir toutes les chances de réussite à ce partenariat commercial. Même en s’appuyant sur les nombreux modèles de réussite au sein de Temporis, tout nouveau franchisé du réseau verra les six premiers mois de son activité inévitablement placés sous le signe du stress. Il faudra d’autant plus résister à la pression que c’est une période classique dans tout projet entrepreneurial où l’on perd de l’argent, en raison des charges, et l’on rentre peu de chiffre d’affaires, car c’est le début de l’activité.

Il est donc nécessaire de générer un environnement porteur, presque un contexte de sérénité, pour favoriser le démarrage d’une agence. Et donc de définir des critères de recrutement, tout comme le candidat entrepreneur doit déterminer quels sont ses propres critères pour choisir l’enseigne avec laquelle s’engager durant un premier contrat de 7 ans, comme c’est le cas pour notre réseau.

Réussir d’abord avec « ses tripes »

Chez Temporis, ces critères, certains objectifs, d’autres subjectifs, ont été initialement choisis par rapport aux qualités perçues chez les entrepreneurs qui réussissaient.

Par exemple, dans notre métier, le succès se gagne davantage avec « ses tripes » qu’avec sa tête. Il faut générer de la confiance, une capacité notamment essentielle dans la gestion du personnel et prendre du plaisir à exercer son activité au quotidien.

Il nous est, par exemple, totalement impossible d’intégrer un franchisé qui ne s’attache qu’au client entreprise, aussi bon commercial soit-il. La réussite de nos franchisés est un objectif, mais le respect absolu des valeurs de l’enseigne en est un autre !

Critères objectifs et subjectifs

Notre réseau a ainsi défini 2 critères objectifs de recrutement : un apport minimum de 50 000 € pour un financement global de 140 000 €, ainsi que le choix d’une exclusivité territoriale sur une zone de chalandise encore libre. Mais nous avons aussi des critères subjectifs, comme l’aptitude à exercer le métier de l’intérim et du recrutement, ou encore, le savoir-être au sein du réseau, sur lesquels je reviendrai dans un autre billet sur ce blog.

LAURENCE POTTIER-CAUDRON



Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

*