6 août 2013

HUMEUR : l’APM, un club d’entrepreneurs alliant formations et expériences pour comprendre la société

S’ouvrir sur d’autres mondes entrepreneuriaux

On ne se réalise dans une vie professionnelle qu’à condition d’évoluer et de se former régulièrement. Surtout lorsque l’on est chef d’entreprise.

En juin dernier, j’ai ainsi choisi de rejoindre l’APM. Cette Association pour le Progrès du Management existe depuis 25 ans, regroupe 2500 entrepreneurs à travers toute la France et compte trois implantations en région toulousaine. Elle propose des réunions mensuelles d’une journée entière sur quatre thématiques en lien avec l’entreprise : culture générale, management, développement personnel, stratégie. Elles sont planifiées 6 à 8 mois à l’avance et animées par des intervenants de haut niveau. Le crédo de l’APM, dès sa naissance, tient en une phrase : la qualité d’une entreprise dépend de son dirigeant, lequel doit s’adapter aux évolutions permanentes de la société. Et pour cela, rien de tel que des réunions avec des pairs, qui s’apparentent tout autant à des formations qu’à des expériences.

J’ai un quadruple objectif professionnel à travers cet investissement personnel : m’ouvrir sur d’autres mondes entrepreneuriaux que le mien, approcher des intervenants généralement peu accessibles par d’autres moyens, découvrir parmi eux de potentiels animateurs d’un jour pour les réunions régionales à thème ou la Convention Nationale de Temporis, et enfin, me créer un réseau de contacts sur la région toulousaine.

La qualité et l’originalité des interventions

J’ai commencé ces réunions sans me poser de questions. J’en suis revenue avec de nombreuses interrogations positives. Au-delà de se retrouver avec des chefs d’entreprise issus d’univers différents aux problématiques pourtant communes, cet enrichissement dans la vision des autres a été démultipliée par la qualité et l’originalité des interventions.

Nous avons chanté ensemble pour apprendre à poser notre voix en public comme à se concentrer sur soi-même au sein du groupe pour évoluer dans un même collectif. Avec une spécialiste de la police judiciaire canadienne, Olga Ciesco, nous avons décodé les gestes que chacun ne maîtrise pas, dans le cadre d’une sensibilisation au comportement non verbal. Un ancien illusionniste, Jacques Paget, nous a montré comment mettre de la magie dans nos négociations. La crise de 2008 nous a été décryptée de manière simplifiée par Marc Touati, et Christian Moujou nous a confirmé qu’« aucun pouvoir ne peut venir sans autorité ni légitimité ».

Par crainte de manquer de temps pour m’investir, j’avais attendu le moment d’intégrer un club d’entrepreneurs. Peut-être un peu trop attendu. Depuis un an, je n’ai manqué qu’une seule séance.

LAURENCE POTTIER-CAUDRON



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*