4 décembre 2012

HUMEUR – L’intérim positif, selon Temporis

Dans le réseau Temporis, il n’y a pas lieu de céder à la morosité ambiante dans le secteur du travail temporaire, en baisse de 10.6% en termes d’emplois par rapport à l’an dernier. Comment expliquer alors que notre réseau continue son développement, avec un écart de 20 points au-dessus du marché général ?

Ouverture d’agences Temporis contre restructurations dans les grands groupes

Dans le secteur du travail temporaire, 60 000 emplois en équivalent temps plein ont été perdus par rapport à l’an dernier. A l’occasion de la publication des dernières données du Prisme en novembre, les médias dramatisent la situation de l’intérim en France. On ne met pas suffisamment en valeur le fait que le travail temporaire a représenté 85% des créations d’emplois en 2010 et que d’autres crises ont été plus violentes. Comme en 1993, où il avait fallu cinq ans avant de retrouver le niveau de 1991 – date de la guerre du Golfe -, avec un marché représentant deux fois moins d’intérimaires qu’aujourd’hui.

De plus, toute l’économie ne réagit pas de manière égale face à la crise. Modèle économique et esprit Temporis obligent, notre réseau continue d’afficher une progression à fin septembre 2012 de 20% par rapport à son marché.

Au grand étonnement de certains observateurs de l’économie, notre réseau continue même d’ouvrir des agences : Villefranche-sur-Saône, Ornans, Châlons-sur-Saône, et bientôt Nantes-est, Orléans-sud, Evry… Du côté de la concurrence, l’un des trois grands groupes succursalistes vient d’annoncer un plan social concernant un demi-millier de salariés, tandis qu’un autre restructure plus discrètement.

Temporis concilie le développement par l’économique et les valeurs humaines.

Notre concept, imaginé il y a douze ans, a été conçu pour résister au mieux aux fluctuations de l’économie. L’explication ne tient pas à la seule capacité de conquête commerciale.

Certes, en s’appuyant uniquement sur des entrepreneurs indépendants, notre réseau 100% franchise offre une réactivité à ses clients « entreprise » bien meilleure que les grands groupes succursalistes du travail temporaire. Il dispose également des moyens d’un grand groupe, contrairement aux agences isolées.

C’est également la considération de l’intérimaire comme client qui donne un avantage concurrentiel aux agences Temporis.

Un article du Monde a récemment stigmatisé la situation des intérimaires à travers des témoignages : « sous-travailleur », « produit corvéable à merci et jetable », « aucun suivi de la part des agences », « recruteurs frileux », « sentiment de n’être qu’un capital humain », « difficulté à obtenir un rendez-vous »… Avec la taylorisation dans le fonctionnement du secteur imposée dans les grands groupes succursalistes, qui a supprimé les rapports humains, les intérimaires sont malheureusement trop souvent considérés comme un moyen de satisfaire les entreprises utilisatrices.

Pour nous, le moyen, c’est Temporis ! Nous sommes même, en réalité, un double moyen : à la fois un outil de flexibilité pour les entreprises qui doivent être en mesure de réagir à toute commande, et un outil de flexibilité pour les intérimaires pour gérer un moment de leur carrière – 1er emploi, reprise d’activité, complément de retraite, etc. –

Les salariés des agences Temporis connaissent ainsi leurs intérimaires par leur prénom, et réciproquement.

Temporis a un taux de présentéisme de ses clients intérimaires bien plus élevé que dans la profession. Il est effectivement plus difficile pour un intérimaire de « planter » Amélie ou Catherine qui, en retour de son professionnalisme, « se démène » pour enchaîner ses missions, que de le faire avec la « boite d’intérim lambda» avec laquelle il n’y a plus ou presque plus de contact…

Aspects positifs de la période actuelle pour le futur franchisé Temporis

Enfin, pour les candidats entrepreneurs qui désirent créer leur agence dans le secteur du travail temporaire, il faut regarder les aspects positifs de la période actuelle. Parce que oui, il y en a !

En période de crise, les entreprises « clientes » ne peuvent se permettre de manquer une commande et notre profession représente la solution idéale pour y répondre avec prudence. Les périodes d’intérim s’allongent, car les entreprises n’ont pas de vision suffisante pour transformer les contrats en CDI.

Notre vocation de généraliste nous permet, quant à elle, d’appréhender TOUS les secteurs d’activité, ceux qui vont moins bien actuellement comme le bâtiment, comme ceux qui embauchent toujours, comme l’électronique, ce qui est un gage de pérennité pour la structure.

Au moment de son installation, le franchisé trouve actuellement plus facilement des locaux et négocie plus facilement le niveau du loyer.

Le nouveau franchisé qui apprend à travailler dans un contexte moins propice, acquière plus rapidement les bonnes méthodes. Il sera préparé au mieux pour profiter de la reprise !

Laurence Pottier-Caudron



1 Comment

  1. destouches
    14 février 2013 at 20 h 32 min

    Bonsoir,

    Voici un discours à la fois réaliste et optimiste parfaitement apréciable dans le contexte actuel, pour le moins morose.
    La lecture de votre article accentue mon enthousiasme et ma confiance envers le concept Temporis.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

*